VU DE MARS

Le point de vue de l'ermite de la planète Mars.

Lors du lancement de ce site, nous avons promis de donner périodiquement à nos visiteurs quelques nouvelles pas toujours trouvables dans les médias; nouvelles analysées avec le recul que nous donne un quart de siècle de présence continue sur le front des économies d'énergie; recul qu'aurait un ermite réfugié sur MARS et regardant avec ironie les modes énergétiques et environnementales sur lesquelles chacun se précipite une année durant pour les abandonner l'année suivante.
Un an après ce premier "point de vue", quelles sont les principales évolutions?
Le prix du pétrole a remonté, entrainant le gaz dans son sillage avec les six mois de décalage qu'entrainent les clauses d'indexation de tous les contrats d'approvisionnement gazier.
Même si un hiver très doux a limité les incidences budgétaires de cette augmentation, elle a conduit un certain nombre d'usagers a reposer le problème des diagnostics en vue d'économiser l'énergie ; en particulier dans les villes qui viennent de changer d'équipe dirigeante et n'hésiteront pas à dégonfler certains mythes ayant inspiré les actions de leurs prédécesseurs.
D'autant que l'ADEME a repris une politique de subventions massives de ces études, devenues quasi gratuites pour les clients. Cela peut poser un problème de qualité des diagnostics, car nous savons bien qu'il faut cinq ans de terrain pour qu'un jeune ingénieur devienne un diagnostiqueur pleinement efficace ! Heureusement, notre équipe a pu garder son potentiel humain pendant la période où les économies d'énergie étaient démodées !
Ces nouveaux prix rendraient-ils les isolations à postériori rentables? Quand même pas: le temps de retour sur investissement de la moins chère des isolations de parois (300 F HT/m2) mise en oeuvre dans un atelier travaillant en simple équipe et chauffé avec du gaz à 16 FHT / kWh PCS, est de 72 ans. Et celles de doubles vitrages (1000 F/m²) dans le même atelier est de 171 ans! Par contre, l'isolation en double vitrages des constructions neuves s'impose, d'une part parce qu'elle est obligatoire légalement, et d'autre part parce que le prix d'une fenêtre double vitrage de série est maintenant inférieur à celui d'une fenêtre simple vitrage + verre + pose !
Avec ces parois de mieux en mieux isolées, le renouvellement d'air devient l'élément dominant des bilans thermiques. Plus que jamais, il s'impose de contrôler ce paramètre par la méthode du "G instantané" de nos diagnostics approfondis. Car on trouve tout sur ce plan: depuis des renouvellements si réduits qu'ils causent des problèmes sanitaires, jusqu'à des débits réels 10 fois supérieurs aux maxima légaux!
Et les chaufferies bois ? Elles sont très à la mode sous prétexte qu'elles ne produisent pas le gaz carbonique dont on redoute l'effet de serre, alors que c'est évidemment la (re)plantation qui diminue ce CO2 (d'ailleurs automatiquement: les forêts poussent 30 % plus vite qu'il y a 50 ans). Mais la rentabilité des grosses chaufferies à plaquettes, qui se heurtent à la concurrence du fioul lourd, reste très douteuse et pose, dans certaines régions, des problèmes d'approvisionnement. La France n'a malheureusement pas, comme d'autres pays, prôné la filière "granulés" plus susceptible de concurencer le fioul domestique en habitats isolés.
Par contre, on constate en mars 2001 que le kWh EDF tarif EJP hors pointe arrive au même prix de revient (0,30 F) qu'un kWh fioul acheté en petites quantités et brulé dans une chaudière correcte (80% de rendement moyen).
Quant à la cogénération, nous émettions dans le premier "points de vue" quelques doutes sur la pérennité des promesses de rachat par EDF. Les prises de position de BRUXELLES ont depuis montré le bien fondé du conseil que nous donnions à nos clients des collectivités territoriales de laisser les entreprises (exploitants) prendre ces risques d'entrepreneur !
Nous aborderons dans un prochain "point de vue" les problèmes de déchets, en particulier les coûts réels (transport compris), y compris le coût environnemental, de certains recyclages.

                                L'ermite de Mars
 

:::: Lire les précédents points de vue